«Mains en l’air, c’est un hold-up»

– Le FMI : de la crise mondiale à la crise interne

Dans les Echos du 17 juillet (version papier), nous apprenons, dans un encart en Une, que « Le FMI confirme la récession en Europe et assombrit sa vision de la croissance mondiale ». Pour l’institution « la croissance mondiale devrait s’établir à 3,5 % cette année. La zone euro devrait voir son PIB reculer de 0,3 % tandis que la croissance française ne serait que de 0,3 %. Le FMI a salué les résultats du sommet européen de 28 et 29 juin, mais appelle à des avancées supplémentaires »

Dans l’article intitulé : « FMI : la croissance mondiale étroitement liée à l’avenir de l’Europe » (p6) Richard Hiault nous informe sur ces fameuses avancées supplémentaires : les mesures décidées lors de ce sommet « doivent être suivies d’avancées supplémentaires sur la voie d’une union bancaire et budgétaire. Parallèlement, les pays périphériques européens doivent tenir leurs engagements en matière de réformes structurelles, tandis que la BCE est appelée à assouplir encore sa politique monétaire. Il apparaît vital au FMI que la BCE « continue de fournir aux banques des liquidités abondantes ». Ce qui pourrait nécessiter l’adoption de mesures non conventionnelles, telles que la réactivation du programme de rachat de titres d’Etat ou encore la mise en place d’achat d’actifs de type assouplissement quantitatif ». (note de moi-même : l’assouplissement quantitatif permet de réduire les taux à long terme et faciliter l’emprunt…d’après ce que j’ai compris)

Ce qui inquiète aussi le FMI à moyen terme est la situation américaine dont l’institution prédit un arrêt de la croissance en 2013 « si les dirigeants politiques ne s’accordent pas sur une prolongation d’allégements fiscaux temporaires et sur l’annulation de fortes compressions des dépenses automatiques, le déficit structurel des Etats-Unis pourrait diminuer de 4 points de pourcentage du PIB en 2013 » (propos du FMI rapporté par le journaliste).

Le FMI a parlé. Le FMI a donné son avis. Le FMI a dit et dit ce qu’il faut faire. Qui oserait critiquer cette haute institution et la politique qu’elle met en place pour résoudre la crise européenne (et plus largement l’ensemble des crises qu’elle a eut à gérer) ? Personne. Personne ? Vous en êtes sûr ?

Dans un article de l’Expansion.fr intitulé «Clash à la tête du FMI attaquée pour son « incompétence »», Louis Amar rapporte que  « Peter Doyle, ancien membre du département européen du FMI chargé de la mise en oeuvre des plans d’aide en Grèce, en Irlande et au Portugal, vient de claquer la porte de l’institution. Dans un courrier daté du 18 juin dernier adressé aux dirigeants, cet économiste influent, qui a passé 20 ans au FMI, estime que l’organisation a trop tardé à avertir des dangers de la crise financière mondiale, et que la gestion actuelle continue de se détériorer. […] Cette démission fracassante jette en tous cas le trouble sur la gestion, le rôle et la puissance du FMI, qui pour l’heure n’a pas encore fait de commentaires.» Cette lettre, cinglante, révélée par CNN, a été traduite par Okeanews (vous y trouverez aussi la version originale). La voici :

« Département Européen
Washington DC
18 juin 2012

A Mr Shalaan, doyen du conseil d’administration du FMI

Aujourd’hui, je me suis adressé au conseil d’administration pour la dernière fois  – parce que je quitte le FMI.
Par conséquent, je souhaite exprimer formellement ma profonde appréciation pour les autorités Suédoises, Israéliennes et Danoises avec lesquelles j’ai travaillé récemment, ainsi que pour toutes les autres avec qui j’ai travaillé auparavant, pour leur générosité extraordinaire à mon égard.
Mais je veux aussi prendre cette occasion pour expliquer la raison de mon départ.
Après 20 ans de service, j’ai honte d’avoir été associé au FMI.
Ce n’est pas uniquement à cause de l’incompétence qui a été partiellement décrite dans le rapport OIA au sujet de la crise mondiale et par le rapport TSR sur les systèmes de surveillance lors de l’entrée dans crise de la zone Euro. Plus encore, c’est parce que les difficultés essentielles dans ces crises, comme cela a été le cas pour d’autres, avaient été identifiées bien avant mais ont été déniées par le FMI. En raison des longues périodes de gestation et processus internationaux de décision pour faire face a ces deux défits mondiaux, il était essentiel que nos avertissements répétés arrivent à temps. Par conséquent,  le fait que le FMI n’ait pas émit de tels avertissements est un échec de premier ordre, quand bien même ils auraient pu être ignoré. Ceci a pour conséquences que beaucoup, y compris la Grèce, souffrent (et risquent bien pire à l’avenir), que la deuxième monnaie mondiale de réserve est au bord du gouffre, et que le FMI ces deux dernières années s’est cantonné a courir après les conséquences et a cherché à réagir sans les ultimes efforts pour la sauver.
De plus, les paramètres qui ont directement produit ces défaillances du système de surveillance du FMI, à savoir la répugnance à prendre des risques, les priorités bilatérales et  le parti pris Européen, deviennent de fait plus profondément enracinés en dépit d’initiatives qui prétendent les confronter. Ceci est particulièrement clair dans le cas des individus nominés au poste de directeur exécutif, choix qui au cours des dix dernières années, ont été bien évidemment désastreux. Même la directrice en exercice est entachée car ni son sexe, ni son intégrité, ni son ardeur ne peuvent compenser l’illégitimité fondamentale du processus de sélection. Dans une institution aussi hiérarchique, les implications de tels choix infiltrent directement les niveaux supérieurs de la direction et, à travers les recrutements, les contrats à durée déterminés, la préparation de la succession du personnel de grades supérieurs, ces implications en arrivent à se diffuser dans l’ensemble de l’organisation prenant précédence sur toute autre chose. Ce que le comité executif préfère, c’est un FMI handicapé qui est sujet à ses causes immédiates de défaillance du système de surveillance. Ah, si j’avais pu comprendre il y a 20 ans que ce serait le cas.
Il y a des gens bien ici. Mais celui ci s’en va. Vous feriez bien de vous préoccuper de ne pas perdre les autres.
Bien à vous,
Peter Doyle »

[les mots en gras sont du fait du site d’Okeanews qui a tenu à souligner les passages concernant la Grèce, seul pays cité dans cette lettre]

– Une Europe coupée en deux

Dans son édition du 20 et 21 juillet, Les Echos titrait en en Une : « Dette : l’Europe coupée en deux par les marchés », faisant le constat qu’il existe aujourd’hui deux catégories de dette séparant des pays ayant pourtant la même monnaie. Rédigé par Isabelle Couet, l’article « Les deux Europe de la dette » (p 22), résume ce constat : « L’ Union monétaire présente un fond de plus en plus désuni en matière de taux. Malgré les engagements du sommet européen de la fin juin, deux Europe se font désormais face avec, d’un côté les pays délaissés par les investisseurs – l’Europe du Sud – et, de l’autre, les émetteurs du Nord, qui font désormais tous office de valeurs sûres. » A titre d’exemple : «Pour emprunter à 5 ans, Madrid a été obligé de rémunérer les investisseurs à hauteur de 6,459 %, soit le coût de financement le plus élevé du pays depuis la création de l’euro. A l’inverse, Paris a offert un taux de seulement 0,86 %. Un record. Autre signe de la rupture, sur le marché secondaire, le taux à 10 ans français a touché son plus bas niveau, à 2,037 %, tandis que celui de l’Espagne a franchi à la hausse le seuil de 7%, considéré par beaucoup comme intenable. ». De fait : « […] les efforts de l’Espagne et de l’Italie ne sont en rien récompensés -, mais elle a l’avantage de faire baisser les coût d’emprunt d’un plus grand nombre de pays […] l’Espagne et l’Italie risquent d’avoir du mal à boucler leur programme de financement de 2012 »

«Mains en l’air, c’est un hold-up»

Depuis la semaine dernière de nombreuses manifestations ont lieu en Espagne :   » […] répondant aux mots d’ordre des syndicats ou des «indignés», ou alertés par les réseaux sociaux, des Espagnols de tous horizons se rassemblent quotidiennement dans les rues, portant les t-shirts jaunes des fonctionnaires de la Justice, verts de l’Education ou les blouses blanches des infirmières. Les architectes, sous une banderole «Non à la précarité», les chercheurs, avec une pancarte «moins de science, plus de pauvreté», le monde du spectacle, promenant un mannequin noir pendu avec l’inscription «théâtre public exécuté» étaient au rendez-vous jeudi. Dans la foule encore, des policiers en chemises noires, des pompiers casqués, promenant la maquette géante d’un hélicoptère rouge sur un chariot. » « Car le malaise des Espagnols, déjà soumis à de lourds sacrifices dans un pays en récession, étranglés par un chômage de près de 25%, est monté d’un cran face à ce nouveau tour de vis. «Nous ne pouvons rien faire d’autre que de descendre dans la rue. J’ai perdu entre 10% et 15% de mon salaire depuis quatre ans. Et les nouvelles mesures ne serviront pas à résoudre la crise», s’indigne Sara Alvera, fonctionnaire de 51 ans à la Cour des comptes, venue manifester avec son mari, employé dans le privé. Le gouvernement cherche ainsi à redresser les comptes publics : le budget 2012, d’une rigueur historique avec 27,3 milliards d’euros d’économies, n’a pas suffi et l’Espagne s’est vu imposer par Bruxelles des conditions draconiennes, en échange d’une aide à ses banques et d’un délai, jusqu’en 2014, pour ramener son déficit public à moins de 3%. Pour renflouer les caisses, c’est cette fois le pays tout entier qui va payer : renonçant à ses promesses, le chef du gouvernement de droite Mariano Rajoy a décidé une hausse de la TVA, qui devrait rapporter 22 milliards d’euros d’ici à 2014. Les fonctionnaires, qui ont déjà vu leur salaire réduit de 5% en 2010, puis gelé, perdent en 2012 leur prime de Noël, l’équivalent de 7% du salaire. Et les nouveaux chômeurs verront leurs indemnités réduites au bout de six mois. » (Libération.fr, Les Espagnols manifestent leur ras-le-bol face à l’austérité, AFP).

 – L’art pour comprendre la crise

Dans un dossier intitulé « Comment l’art peut-il représenter la crise ? », Le Monde du 20 juillet (version papier), par l’intermédiaire d’André Orléan, économiste, directeur d’études de l’EHESS et président de l’Association française d’économie politique, fait cet amer constat (p 16) : « Représenter la crise, c’est aussi rendre visibles les mécanismes qui produisent cette situation . En la matière la difficulté est grande, car l’économie capitaliste se présente masquée […] La crise a beau être partout, elle n’a pas encore su conquérir nos imaginaires. […] Montrer une courbe sur un écran est grandement insuffisant […] Au fond, c’est une même difficulté que rencontre l’économiste ou l’artiste lorsqu’ils se trouvent face à la nécessité de représenter la crise. Ils doivent donner à voir comment une abstraction, la valeur économique, prend possession des individus, les assujettis à sa logique : le désir pour la monnaie. Il importe de noter que cette tâche, rendre la monnaie désirable pour faire advenir l’ordre marchand, ce fut d’abord celle des sociétés marchandes elles-mêmes. Il n’est que de songer à la manière dont ont été conçus les billets ou les pièces. On y inscrit des symboles puissants, aptes à provoquer de forts sentiments, car la monnaie doit impérativement apparaître comme légitime. Ainsi, l’économie est bien affaire de symboles, d’affects collectifs. La rationalité ne vient qu’en second. […] Comprendre le capitalisme et sa crise, c’est mettre au jour ce jeu des représentations. Sur ce plan, les économistes peuvent apprendre beaucoup des artistes lorsqu’ils mettent en scène la logique des passions et des croyances »

 

Marine Bequet

Publicités

Un commentaire

  1. missedv

    Okayyyyyyyyyyyyyy… Le FMI incapable de servir à quoique ce soit dans ce marasme : enfin quelqu’un qui le dit!! Venant de l’intérieur de cette institution, ce fait est encore plus révélateur.
    Je ne vois pas trop comment cette crise de la dette va pouvoir prendre fin. Bruxelles semble totalement déconnecté de « l’économie réelle ». Les gens qui voient leur pouvoir d’achat diminuer irrémédiablement (comme en Espagne), ils font comment? Ils crèvent de faim sans rien dire? Ils se serrent la ceinture jusqu’à ce que plus d’air passe? >.>
    La vérité c’est que l’ultra-libéralisme est arrivé au bout d’un cycle et qu’il faut imaginer un nouveau système plus égalitaire dans le partage des richesses. Mais ça, c’est pas de Bruxelles que l’idée va émerger!

    Sinon, je suis tombée dans l’émission C dans l’air du 14/08/12 (je crois), et dans le débat, des spécialistes ont balancé que l’économie des Etats Unis étaient en train de se redresser. J’étais perplexe. Info ou intox?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s